31 536 000 "

Publié le par Anima-Association


31 536 000 secondes...
525 600 minutes...
8760 heures...
365 jours...
12 mois...


Un an ! Oui, un an déjà depuis ce 1er octobre 2007, date de notre assemblée générale constitutive, date de création d'Anima !

Un an... pour continuer à partager,
Un an... pour rêver,
Un an... pour confronter notre projet à la réalité,
Un an... pour mieux se connaître et se supporter, au travail et dans l'amitié,
Un an... pour se laisser interpeller et appeler,
Un an... pour décider,
Un an... pour AVANCER !


Depuis un an, j’ignore si l’Esprit-Saint a fait ce qu’Il a voulu avec nous et notre nouvelle-née, mais en tout cas, Il nous a fait bouger ! Tant géographiquement que dans les projets, Il a soufflé, soufflé…. Et nous avons essayé de Le suivre ! Je dis essayé oui, car, il semblerait que notre embarcation appelée « Anima », n’aille pas exactement là où nous envisagions l’emmener…

De semaines en mois, de projets en appels, Anima a d’abord vécu son 1er festival, dans un tout piti lieu que personne ne connaît : et oui, on voulait commencer tout doucement, et on est arrivés au Mont-Saint-Michel ! Monsieur Saint-Esprit a beaucoup d’humour je trouve !

  Et puis, il y a eu PUSH avec cette boutade prise au sérieux, de les faire venir dans nos établissements scolaires de la Manche… et puis, et puis, et puis… et puis un des membres fondateurs est approché puis appelé et enfin choisi pour devenir économe de notre diocèse. Quel humour, toujours oui oui ! Merci Seigneur, non pas que tu nous mettes un peu dans l’embarras pour le festival, mais un peu quand même, on peut le dire… ! Malgré tout, je crois sincèrement que notre diocèse a beaucoup de chance d’accueillir Marc comme économe. Si Anima n’a permis que cela, alors c’est déjà beaucoup ! Mais justement Anima, revenons-y !

 

Découverte de nouvelles formes de travail pour que le festival ne pâtisse pas trop de ces changements complètement imprévus… beaucoup beaucoup beaucoup de travail !! Mais un travail qui a ouvert sur des réalités d’Eglise beaucoup plus riches que nous ne le soupçonnions, travail qui nous a permis de rencontrer des gens supers, mais aussi de constater que le service de l’Eglise se fait grâce et par des hommes, avec leurs limites et leurs faiblesses… Saint Paul, notre « holy star 2009 » ( ! ) nous l’a bien dit : « ce qu’il y a de fou et de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi » : alors, oui, ça nous a rassurés et nous avons continué !

Et puis, l’événement est arrivé, ce fameux, cet attendu, ce protégé : un vrai bébé ! Oui, du 17 au 27 juillet, le premier né d’Anima a été révélé ! (Il y a quelque chose d'un brin messianique dans tout cela... !)

Un événement dont on a beaucoup parlé, mais surtout, qui a, je l’espère, beaucoup parlé… Cette impression forte et profonde d’avoir contribué à ce que ce Haut lieu qu'est le Mont Sant Michel, soit un peu plus qui il est, d’avoir permis à l’Eglise d’être présente, avec les moyens de notre époque, au cœur d’un lieu qui fête ses 1300 ans…
Ces mots sont devenus tellement habituels que l’on en oublierait quasiment la portée, mais si on les relit avec un peu de recul, ça fait presque peur ! 
          Nous avons expérimenté de façon forte, combien le fait d’être au service d’un projet, de l’Eglise et des autres, implique de se donner sans mesure. Je dis cela tout en ne réalisant pas bien encore ce que nous avons vécu… et si je le dis ce n’est pas pour mettre en avant anima, Marc ou moi – si, Marc, tu veux, bon allez, d’accord, juste Marc en avant alors ;-) !! – non, c’est bien pour rendre grâce au Seigneur de ce qu’Il a permis à travers ce projet dans lequel Il nous a embarqués et duquel nous avons – enfin, là, je parle pour moi - énormément de mal à débarquer !

 

Mais après quelques heureux jours de repos - là encore je parle pour moi… - la rentrée a sonné… et Anima ne sait peut être plus où elle en est complètement… ça tombe bien parce que nous non plus !!

Oui, en effet, un évêque se trouve assez séduit par cette belle association, et par quelques idées autour, à tel point qu’il joue un coup de pocker en ouvrant un pôle diocésain de ressources événementielles pour notre diocèse ! Encore sous le charme du projet, aveuglé par les perspectives inédites, il va même jusqu’à débaucher la seconde d’anima… pour ce poste !

  Quitter le navire… non, on ne peut pas dire cela… aller vers Le grand navire qu’est l’Eglise diocésaine, oui, en grand moussaillon que je suis, je vous l’affirme et vous le certifie ! Notre anima chérie nous semble un peu mise de côté… oui, non, on ne sait pas trop... ! 
                Alors soyons clairs ! Si infidélité il y a, alors ça n’est qu’à Anima, car c’est pour servir plus encore l’Eglise : l’absolution est acquise non ?! et si sa vocation était de se mettre au service de l’Eglise diocésaine, alors, je crois qu’on est bon !


               Ces quelques lignes sont en quelque sorte le bulletin de Santé d’Anima, qui vous annonce qu'elle est plutôt en forme : elle se cherche certes, mais semble être trouvée par les autres ! Peut-être est ce là l'essentiel !


Merci à vous d’accepter de continuer, par la pensée et la prière, l’aventure en mer. Mais attention tout de même : il semble que "Anima" rime davantage avec régate que croisière : pas à cause du bateau, mais plutôt du Vent !
Alors, attention au mal de mer et aux tempêtes, ça risque de souffler !


                 
                     Bon vent ! 


                   

Publié dans ANIMA ACTUS

Commenter cet article